Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CJAgiman Psychanalyste - "Psycho-Pratiques - Art-thérapies - Psychothérapies et TCC pour Enfant, Adolescent, Adulte". RDV : 06 51 04 11 64 & je suis sur Doctolib.fr. Consultez mon Agenda en ligne.

Cabinet privé de prise en charges des troubles psycho nerveux en un accompagnement bienveillant, complet et rassurant. L'interdisciplinarité du travail effectué vous permettra d'avancer sereinement et sur le chemin de votre propre Liberté !

Article Psychan'ArtS : "CRISES D'ADO, ADO DIFFICILE, ACCIDENT DE SOIRÉE - PRÉVENTION ET RÉACTIVITÉ"

com

"CRISES D'ADO, ADO DIFFICILE, ACCIDENT DE SOIRÉE - PRÉVENTION ET RÉACTIVITÉ"


Votre enfant devenu préadolescent, puis adolescent sort et se blesse au cours d'une soirée... Fait des crises, provoque sans arrêt
Faites ce qu'il vous demande en terme de soins même si c'est barbant d'attendre des plombes à l'hôpital. Ensuite dites lui de lui-même choisir sur internet le thérapeute qui l'intéressera, regardant en particulier les avis. Puis calmez le jeu. N'entrez plus ni dans ses conflits, ni dans ses provocations. Cela va le calmer aussi et certes il n'en fera qu'à sa tête mais n'aura plus le mot pour dire que cela vient de vous puisque vous ne parlez plus et refusez fermement les conflits. Calmement, faites tout cela. Dites lui exactement ce que vous êtes en train de mettre en place comme nouveau rapport. Lui expliquant que de toute façon vous lui avez sans doute expliqué déjà les choses, l'avez éduqué concernant notamment les sujets de conflits qui reviennent régulièrement voir quotidiennement entre vous, et que s'il persiste dans les problématiques, c'est qu'il veut se "gauffer", ce qu'il prendra lui plutôt dans un objectif de "Liberté" et "Faire ses expériences". Donc, à son âge il peut faire ses expériences que de toute façon il ne vous laissera pas contrôler. Mais il peut aussi potentiellement se mettre en danger ou dans une situation inconfortable. Donc gardez un oeil sur ce qu'il fait... Et des qu'il destructure un moment calme, une organisation familiale ou bien la qualité de sa santé et des objectifs qu'il s'était fixés en terme d'épanouissement personnel ou de scolarité, alors... C'est là qu'il faut lui rappeler que si vous ne dites plus rien juste pour calmer les conflits, cela ne signifie pas que vous ne le voyez faire et que vous êtes d'accord avec ce comme il vit ! Donc, inévitablement vous avez droit et devez, étant normalement doté de bon sens, d'à un moment donné lui dire "Stop... Je te l'avais bien dit" (même si cette phrase est détestable car moralisatrice),
en identifiant les problèmes qu'il a généré et les complications qu'il a déclenchées ici. Puis en stoppant, si cela redéclenche une crise violente de fâcheries.

Protégez-vous vous deux et la cellule familiale aussi de l'agressivité. Dites lui clairement que vous n'entrerez plus dans ses tentatives de provoc. et que vous allez remettre cela dans les mains d'un spécialiste neutre, à l'écoute et bienveillant, un Psychologue, Psychanalyste ou Psychothérapeute pour lui expliquer les choses qu'il a besoin de clarifier, exprimer et comprendre puisqu'avec vous ça ne passe plus. Il vit chez vous, il ne paye rien, vous doit donc quand même quelque chose...Tranquillité, et bonnes évolutions pour il et votre foyer ! Et ça se travaille. Avec des efforts et des remises en questions notamment. "On attrape pas les mouches avec du vinaigre", dites le lui ! "Donc inutile de faire des crises car ça ne renforcera qu'un éloignement par de l'incompréhension", expliquez lui régulièrement.
Vous le construisez depuis bébé... donc au boulot maman, au boulot papa ! Il y a encore du taf ! Les ados sont forts et puissants, fragiles en même temps et parfois incontrôlables.

Puisque donc il ne paye rien. Il ou elle n'a mot à dire si vous estimez qu'un élément humain perturbe la tranquillité du foyer. Il ou elle est mineur ! Vous avez encore l'autorité parentale et l'obligation de soins à assurer physique et mentale. Par conséquent, Direction Psy obligatoire ! Sans discussion,  sans concession. Il ou Elle doit aller mieux. Et Vous aussi. Plus calmes tous, c'est tout. Et si c'est une fille,  emmenez-là dans une PMI pour la question des soins intimes si besoin, ou un pédiatre. Les pédiatres reçoivent les enfants jusque leurs 16 ans. Ça lui rappellera qu'elle a encore l'âge d'être chouchoutée et traitée par un médecin pour bb. De plus, pour les examens gynécologiques, ils le font et s'occupent de la prévention. Enfin, rappel : CHU s'il y a eu suspicion ou clairement un problème durant une soirée. Il faut faire des examens et que le jeune puisse éventuellement parler de son choc à un infirmier ou un docteur. Autre point... Les conditions de cette sortie etait-elle bien cadrées ? A vérifier la prochaine fois si vous êtes vraiment d'accord sur tout.

Bon courage,
J'espère que ça vous aidera"
CJAgiman - Psychan'ArtS